Thérapies du Trouble de la Personnalité Borderline

Même si cela prend du temps, on peut guérir du trouble Borderline.

Les psychothérapies

Le traitement thérapeutique des TPB est généralement de longue durée. La qualité de l’alliance thérapeutique (partenariat et collaboration, confiance réciproque) entre le patient et son thérapeute est un élément déterminant pour la réussite de la cure.

Un grand nombre d’approches thérapeutiques ont montré toute leur efficacité dans le traitement de la personnalité Borderline. La Thérapie des schémas de Young, la Thérapie comportementale Dialectique, la Thérapie cognitive et émotionnelle, la Thérapie basée sur la mentalisation et la Gestalt Thérapie sont parmi les plus performantes. Afin d’optimiser la guérison, il est généralement préconisé d’avoir recours à des soins non médicaux complémentaires: méditation, mindfulness, relaxation, hypnose etc.

Thérapie des schémas de Young :

La thérapie des schémas est une approche intégrative conçue et développée par J-Young. A la base, c’est une extension des Thérapies Cognitives Comportementales. Pour la rendre plus efficace et plus adaptée, Young s’inspire de courants théoriques et thérapeutiques divers : approche cognitive et comportementale, gestalt thérapie, théorie de l’attachement, psychanalyse et thérapie centrée sur les émotions. Young postule que la souffrance et les difficultés relationnelles des personnes souffrant d’un TPB sont liées aux schémas précoces inadaptés.

Un schéma précoce inadapté se définit comme un modèle important et envahissant, constitué de pensées (cognitions), de souvenirs, de sensations corporelles et d’émotions, concernant soi-même et ses relations avec les autres. Il se développe au cours de l’enfance et/ ou de l’adolescence et s’enrichit tout au long de la vie. Il n’est pas un comportement mais une réponse (style d’adaptation), un moyen pour tenter de résoudre un problème. Ce schéma est dysfonctionnel car l’individu met en place des réponses très souvent inadaptées (de fait il revit des souvenirs, émotions, pensées et sensations corporelles désagréables) et il va répéter les même erreurs en croyant que sa vie va changer. Le but de la thérapie est d’identifier puis de poser de mots sur ces schémas et ces styles d’adaptations dysfonctionnelles pour tenter de les modifier par des techniques cognitives, comportementales, émotionnelles et relationnelles.

Thérapie Comportementale Dialectique

La TCD  a été développée par Marsha Linehan, psychologue et professeur (chercheur) à l’université de Washington. Dans le passé, Marsha a connu la souffrance, les actes d’automutilations, le sentiment d’abandon mais aussi l’impression de devenir folle. « J’ai été en enfer », confiera-t-elle dans une interview au New-York time. Devant l’incapacité des soignants à la comprendre et après un cursus en psychologie, Marsha développe par la suite son propre modèle thérapeutique inspirée des modèles de TCC.Elle s’inspire des théories cognitives et comportementales, de la psychanalyse, de la philosophie (principe dialectique) et des pratiques de méditations zen (l’accent est mis sur la notion d’acceptation et de non jugement). L’objectif de la TCD est d’apprendre à modifier ses comportements, ses pensées et ses émotions, en lien avec les problèmes de la vie de tous les jours (ceux qui provoquent malheur et détresse). La personne apprend à réguler ses émotions, à tolérer la détresse et à gérer ses conflits interpersonnels. Une place particulière est destinée à la « prise de conscience », essentiellement inspirée de la pratique zen. Cette pratique invite la personne à être pleinement conscient de ses états émotionnels, à les accepter au lieu de chercher à les fuir ou y mettre fin.

Thérapie basée sur la mentalisation

Tout d’abord la mentalisation se définit comme « la capacité consciente et inconsciente d’interpréter les actions que nous faisons et que les autres font comme étant la conséquence des états mentaux intentionnels, volontaires, délibérés, déterminés par un but, un objectif, comme par exemple des désirs, des besoins, des sensations, des croyances ou des raisons ».  Les personnes souffrant d’un TPB éprouvent des difficultés mentaliser, c’est-à-dire à comprendre l’expérience humaine comme étant sous-tendue par les besoins, émotions, motivations et intentions propres à chacun.

C’est deux anglo-saxons (College Anna Freud, Londres), Peter Fonagy et Anthony Bateman qui vont développer une thérapie dont l’objectif principal vise à augmenter la capacité de mentalisation. Cette thérapie d’inspiration psychodynamique et prenant sa source dans la théorie de l’attachement dure 18 mois et comprends à la fois des sessions individuelles et des sessions de groupe. Tout comme la TCD, c’est une thérapie de « l’ici et maintenant ».

Gestalt thérapie

La Gestalt thérapie est approche thérapeutique. Inspirée des courants de la psychologie humaniste, existentielle et relationnelle, elle préconise une vision holistique (totale) de l’individu. En effet, elle s’intéresse aux interactions de l’individu avec ses environnements (professionnels, personnels ou sociaux)

La pharmacothérapie

La pharmacothérapie est généralement évitée car peu efficace sur le long terme. Elle s’avère toutefois utile lorsqu’elle est complémentaire à un travail psychologique et  même temporairement nécessaire lors des périodes de crise.

Avertissement

La multiplication des sites et des blogs proposant des informations non scientifiques et des prises en charge effectuées par des personnes insuffisamment qualifiées sont susceptibles de nuire aux personnes borderline ou à leurs proches. Nous vous invitons à être vigilants lors de votre choix du thérapeute.